Accueil cinéma Revue cinématographique – Joker pour ou contre

Revue cinématographique – Joker pour ou contre

0
0
90
Sortie le 4 octobre 2019

IMG_0069

Hello les amis,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un film qui m’a particulièrement marquée.

Il s’agit de JOKER, réalisé par Todd Phillips avec Joaquin Phoenix et, Robert De Niro entre autres. Vous avez forcément entendu parler du film si vous ne l’avez pas déjà vu. Le film fut présenté en compétition officielle à la Mostra de Venise 2019 où il a reçu le Lion d’or.

Cette histoire psychosociale raconte la descente aux enfers d’un homme que la vie n’a pas épargnée depuis la naissance. Ce drame permet au spectateur de comprendre pourquoi le Joker (ennemi juré de Batman) est devenu cette personne sans cœur.

Au fil du film, on comprend que sa maladie, peut-être héréditaire (sa mère n’ayant pas toute sa tête), s’aggrave dans un système social où rien ni personne n’est présent pour l’aider.

Cet homme, n’ayant jamais été reconnu et aimé de ses parents (surtout de son père veut) juste exister aux yeux du monde (souhait simple finalement).

Sa mère étouffante et menteuse n’a pas su le protéger d’un beau-père violent. C’est ainsi que le spectateur découvre au fil du film les dégâts de cette enfance misérable sur sa vie d’adulte.

Le spectateur vit à travers cet homme en essayant de le comprendre mais il est entraîné dans la noirceur de cette âme torturée. Le scénario ne laisse aucun répit au spectateur.

Malgré toutes les atrocités commises par Arthur/ Joker, on a presque envie de lui pardonner ses passages à l’acte pourtant de plus en plus graves.

IMG_0070

Le regard de Joker est si profond qu’on y perçoit son âme. Son corps est anguleux et se meut dans une souffrance abyssale. Chaque os saillant exprime une douleur psychologique. Le jeu d’acteur de Joaquim Phoenix est époustouflant. On imagine aisément tout le travail accomplit pour atteindre un tel degré de réalisme.

Et ce rire…

Ce rire en plein de mystère qui, comme un déguisement, se fait entendre lorsque ses angoisses remontent.

Le spectateur ne sait plus s’il doit rire ou avoir peur.

On comprend qu’Arthur/Joker développe cette façade rieuse sous la pression de sa mère qui le souhaite heureux et souriant.

Ce rire protecteur est comme un automatisme qui l’aide à affronter la vie et sa souffrance. Mais ce rire l’enferme dans un handicap. Il vit reclus, les gens ont peur de lui alors qu’il a besoin d’eux pour exister.

Plus le Joker terrifiant prend le dessus, plus Arthur existe et, plus il est admiré, acclamé, par une société elle-même en pleine fracture sociale et économique. Le Joker devient un symbole de la rébellion qui envahit Gotham City.

Ce film est terrifiant de par son aspect psychiatrique. Les images sont parfaites. Le spectateur est avec le Joker, dans même pièce. La musique tant tôt joviale ou tragique ponctue les pensées de cet homme et permet au spectateur de ressentir les montagnes russes émotionnelles auxquelles il est en proie.

Joaquim Phoenix a un rôle magnifique. Il est à l’apogée de sa carrière. Le personnage habite son corps dans les moindres détails physiques et les moindres recoins psychologiques jusqu’à ne former qu’un.

C’est à se demander comment il est possible de se retrouver après avoir interpréter un tel rôle. En tant que spectateur, il est déjà difficile d’émerger lorsque les lumières de la salle se rallument.

En Bref, foncez voir ce film au ciné ! Sur grand écran vous pourrez observer tous les détails du visage du Joker et essayer vous aussi de percer le mystère de sa folie si tant est qu’une réelle explication existe.

Etes-vous êtes allés voir ce film au ciné ? Qu’en avez-vous pensé ?

IMG_0427

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par viemaviedepetitefrancaise
Charger d'autres écrits dans cinéma

Laisser un commentaire

Consulter aussi

DIY: Une étoile pour Noël

Hello les amis ! Ça y est le mois de décembre est bel et bien commencé ! J’affectionne tou…